Gêne aux genoux : et si vous étiez victime du syndrome de l’essuie-glace ?

Gêne aux genoux : et si vous étiez victime du syndrome de l’essuie-glace ?

Sep 11 , 2021

Jean Baptiste

Si vous êtes un adepte du running, vous avez sûrement déjà entendu parlé – ou avez déjà souffert – du syndrome de l’essuie-glace. De son nom scientifique syndrome de la bandelette ilio-tibiale, ce phénomène touche particulièrement les coureurs à pied mais concerne également certains cyclistes et randonneurs. Voici pourquoi.

Le syndrome de l’essuie-glace est la conséquence d’une friction de la bandelette ilio-tibiale sur le tubercule du condyle externe du genou (partie externe du cartilage du fémur) à chaque flexion-extension du genou (800 à 1.000 fois par km). L’athlète ressent alors une gêne à l’extérieur du genou, au niveau du muscle tenseur fascia lata (TFL), d’où son autre nom : syndrome fascia lata. Pour comprendre le surnom syndrome de l’essuie-glace, il suffit de visualiser la bandelette ilio-tibiale qui, en extension du genou, est située en avant de la partie externe du cartilage, puis se retrouve sous le condyle externe lorsque le genou est fléchi; à la manière d’un essuie-glace.1

Stimium® Joint Flex

 

Synergiquement efficace dans les problèmes d’inflammation, de mobilité et de flexibilité des articulations / Evite la raideur du matin

La première conséquence de ce syndrome de l’essuie-glace est une sensation de brûlure au niveau de la partie externe du genou. Si le sportif décide de poursuivre son effort, la gêne augmente voire devient difficilement supportable dans certains cas. La sensation peut même irradier jusque dans la hanche. Cette gêne peut persister pendant 48 à 72 heures et s’aggraver quand on monte ou quand on descend des escaliers.2 Le syndrome de l’essuie-glace a cependant la particularité de diminuer voire de disparaître dès que le genou est au repos. Les sportifs qui en souffrent s’étonnent également de ne pas ressentir cette gêne durant la pratique de sports s’appuyant sur des courses irrégulières (tennis, handball, basket-ball…)1

Stimium® Mc3

 

Réduit la fatigue musculaire et soulage les crampes

 

Syndrome de l’essuie-glace : ça se soigne !

Différents tests cliniques permettent à un médecin de diagnostiquer le syndrome de l’essuie-glace. Outre un interrogatoire pour déceler les habitudes du patient et la régularité de ses problèmes au genou, il s’agit d’écarter les lésions sérieuses comme les fractures de fatigue, les tendinites ou les blessures du ligament externe.1

Plusieurs facteurs peuvent être à l’origine du syndrome fascia lata, notamment un pied creux, un pied hyper pronateur, ou tout simplement un mauvais choix de chaussures de running.1-2

En fonction de la cause, l’athlète est suivi par un kinésithérapeute ou par un podologue. Le traitement passe généralement par un peu de repos (2 à 3 semaines) puis peut se composer de séances de rééducation, de cryothérapie, d’utilisation de prothèses plantaires (semelles orthopédiques), ou encore d’infiltrations dans les cas les plus complexes. On en arrive très rarement à l’opération chirurgicale.1

Stimium® Joint Flex

 

Synergiquement efficace dans les problèmes d’inflammation, de mobilité et de flexibilité des articulations / Evite la raideur du matin

 

Stimium® Mc3 Powder

 

Réduit la fatigue musculaire et soulage les crampes

 

1 http://www.medecindusport.fr/HTML/articleiliotibiale.html (Dr Nicolas Bompart, Clinique du Plateau)

2http://www.podologue-paris.com/?p=591 (Daniel Benjamin, podologue à Paris)