Vaut-il mieux courir le matin ou le soir ?

Vaut-il mieux courir le matin ou le soir? - STIMIUM Sport Nutri-Protection

Courir le matin ou le soir ? La question mérite d’être posée ! La plupart du temps, nous courons quand nous le pouvons. Parfois le matin, parfois le soir, mais surtout dès que notre agenda le permet ! Existe-t-il un moment idéal ? A-t-il un impact sur nos performances ? Voici ce qu’en pense le #TEAMSTIMIUM…

 

Courir le matin, pour un réveil sportif !

Courir le matin présente bien des vertus mais n’est pas toujours évident. Le corps est endormi, la température corporelle est basse, les muscles ne sont pas échauffés. Démarrer un entraînement, même léger, peut représenter un véritable challenge pour qui n’est pas du matin !

Courir le matin va souvent de pair avec courir à jeun. Ce qui peut soulever un autre problème, puisque cela oblige votre organisme à puiser dans ses réserves. Adopter un rythme matinal impose donc une bonne gestion de l’alimentation et de la récupération entre les entraînements. Si vous décidez de courir l’estomac vide, gardez ces quelques conseils en tête :

  • Ne prévoyez pas de sortie trop longue ou trop intense. Ecoutez votre corps !
  • Buvez un grand verre d’eau avant de démarrer
  • Profitez de la fenêtre de récupération post-effort pour (re)faire le plein de glycogène.1

L’apport de compléments alimentaires peut aussi s’avérer utile.

Courir en matinée permet de développer votre mental : cette dose de sport matinale vous assure d’être en forme toute la journée. Sorte de miracle morning sportif : courir au saut du lit éveille votre organisme et le rend prêt à affronter sa journée. Votre cerveau est plus alerte, vos réflexes plus affûtés. Par contre, n’oubliez pas de vous étirer, avant et après, si vous ne voulez pas souffrir de courbatures !2

 

Envie de préparer votre marathon dans des conditions optimales ?
Découvrez notre dossier « Préparez au mieux votre marathon »

Courir le soir, pour la performance !

Courir le soir est idéal si vous voulez améliorer vos performances. Contrairement au matin, votre corps est fin prêt pour l’effort. La température corporelle est plus élevée et permet d’accélérer votre métabolisme. Vos muscles sont échauffés et plus décontractés. La foulée s’allonge naturellement et votre aisance est décuplée. Dans les compétitions, les meilleurs temps sont généralement réalisés en fin d’après-midi.

Si le corps est prêt, le mental peut l’être moins. Courir le soir pour un amateur, c’est courir après le travail. La fatigue nerveuse peut, alors, prendre le dessus et vous laisser sans aucune motivation. C’est ce qu’on appelle un creux mental. Comment l’éviter ? Courir en groupe peut être une solution. L’émulation est une bonne source de motivation. Autre piste à suivre : intéressez-vous à votre alimentation et à votre forme générale ! Pensez aux antioxydants, aux minéraux. Hydratez-vous correctement, supprimez les excitants. La pratique sportive commence, en effet, bien avant de chausser ses baskets ! Pour qu’elle reste bénéfique, il faut veiller à ne pas glisser vers le surentraînement, ne pas oublier que notre corps est une machine précieuse dont il faut prendre soin. À ce propos, pensez à vos défenses immunitaires, notamment durant les intersaisons.

Alors, courir le matin ou le soir ? Finalement, peu importe le moment que vous choisissez pour courir tant qu’il vous convient ! Matin et soir présentent, tous les deux, des avantages et des inconvénients. Le mieux est de choisir en fonction de vos possibilités et de vos envies. Vous faire plaisir reste le plus important. C’est, essentiellement, de votre motivation que dépendent vos progrès, alors soignez-la ! Pour la conserver longtemps, veillez à ne pas trop vous fatiguer et à bien équilibrer votre alimentation.

 

Morning–evening differences in responses to exhaustive severe-intensity exercise. David Hill, Applied Physiology, Nutrition, and Metabolism. (Article de David W. Hill, University of North Texas, dans « Applied Physiology Nutrition and Metabolism’, Février 2014)
2 Micronutrition, santé et performance (Denis Riché, avec la collaboration du Dr Didier Chos | Editions De Boeck Université, 2008)

X