Préparation physique : basket-ball

Préparation physique basket-ball | Stimium Sport Nutri-Protection

En basket-ball aussi, la préparation physique joue un rôle majeur. Professeur en physiologie de l’effort à la Haute École Condorcet et doctorant à l’Université en psychologie du sport à Mons (Belgique), Frédéric Renotte nous présente les particularités de ce sport et ses besoins spécifiques en termes de préparation physique.

 

Les spécificités de la préparation physique des basketteurs

Préparation physique basket-ball | Stimium Sport Nutri-ProtectionAvec sa limite de 24 secondes par attaque placée qui impose d’arpenter le terrain d‘une raquette à l’autre à un rythme soutenu, le basket-ball ne laisse pas de place aux temps morts. Il est donc impossible, pour les 10 joueurs présents sur le terrain, de se cacher. C’est bien sûr un paramètre majeur à prendre en considération lors de la mise en place d’une préparation physique.

« Comme au hockey sur glace, les joueurs sont tellement dans le rouge en permanence que cela nécessite de nombreux et rapides changements, explique Frédéric Renotte. Au basket, les joueurs ne disposent que de 24 secondes pour tenter leur chance au panier, sans quoi ils perdent la possession de balle. Il n’est donc pas possible de perdre volontairement du temps, de « geler » en quelque sorte le ballon pour se laisser du répit et reprendre son souffle. Cet aspect-là du basket explique que le travail de fond y est particulièrement important ».

 

***
A lire aussi : notre dossier  « Sports collectifs – L’importance de la préparation physique »

***

 

Basket-ball : travailler le fond pour gagner en lucidité

En plus de la dimension purement athlétique intervient celle de la précision dans les shoots. Forcément, sans fond, il peut y avoir une perte de lucidité qui peut entraîner un manque de précision sur les passes en reconversion offensive mais aussi au tir, lors des lancers-francs.

« Ce travail de fond est effectivement essentiel mais il faut aussi cibler les intervalles pour mener efficacement les attaques et contre-attaques qui se succèdent à un rythme effréné, poursuit Frédéric Renotte. Cette vitesse est aussi importante dans les lay-up. Ensuite, il y a aussi l’aspect puissance à ne pas négliger : par contre, à l’inverse du rugby ou du foot, par exemple, cette puissance n’est pas horizontale mais avant tout verticale. Plus que dans tous les autres sports collectifs, il faut mettre en place des exercices censés améliorer la qualité des sauts verticaux pour dominer les duels au milieu de terrain comme dans chacune des raquettes, lors des rebonds. »

Un autre aspect à ne pas négliger en basket, c’est la taille démesurée de la majorité des joueurs, mis à part les distributeurs. Avec leur grande carcasse qui culmine régulièrement à plus de deux mètres, il faut trouver la parade pour travailler une certaine vitesse tout en ne négligeant pas leur puissance, assez comparable à celle des piliers en rugby. Il y a donc du renforcement musculaire à prévoir en permanence mais aussi des intervalles, même pour les plus grands joueurs. Il faut aussi tenter de prévenir au maximum les blessures articulaires aux genoux ou aux chevilles (qui subissent énormément de pression) avec la proprioception, ainsi que travailler la mobilité et les changements de direction dans des espaces confinés.

 

***
A lire aussi :
« Préparation physique : football »
« Préparation physique : handball »
« Préparation physique : rugby »

***

X