Les massages, vraiment indispensables pour récupérer ?

Une femme se fait masser par un kinésithérapeute
Le massage est une pratique très répandue chez énormément de sportifs – de haut niveau ou non. Il se présente comme un complément à la préparation physique.
 

Massage sportif : un must pour les athlètes ?

Et si le massage sportif permet effectivement de ressentir une sensation de bien-être, il est primordial de le différencier d’un massage dit de bien-être. Seul un massothérapeute ou un kinésithérapeute a les qualités requises pour effectuer des manipulations propres à la récupération de l’athlète. Ces praticiens sont notamment formés à reconnaître les tensions et les raideurs musculaires grâce à la palpation des muscles et à travailler sur la détente de ces zones en question. Afin de travailler au mieux les muscles des athlètes, ces praticiens utilisent différentes techniques très diverses : les pressions glissées, les pétrissages, les foulages ou encore les talonnages et les frictions percussions élongations, par exemple. Un massage sportif est élaboré sur-mesure et tient compte de la discipline du sportif, de son calendrier d’entraînement et du moment où il est effectué. Il apparaît alors difficile d’établir une classification des différents types de massages, comme l’explique Vincent Jacquet, kinésithérapeute du sport au Pôle Kiné Chenel (Franconville). “Ce qui différencie un massage d’un autre, est le tissu musculaire auquel on s’intéresse. L’intensité du massage entre également en compte.”
 

Le massage sportif : une clé dans sa pratique sportive ?

Pour qu’un massage sportif soit vraiment efficace, quelques règles simples sont à respecter. Il faut savoir que, si le moment où il est effectué et la fréquence sont propres aux besoins de chacun, “il va y avoir des périodes plus stratégiques que d’autres” poursuit Vincent Jacquet.  Avant une séance, manipuler les muscles va permettre de les préparer à l’effort en les chauffant et en boostant la circulation1. “Et même si le massage s’avère utile en pré-séance, c’est véritablement après l’effort ou en l’intégrant dans son schéma de préparation physique qu’il prend toute son importance”, précise le praticien. L’objectif est de remettre les compteurs à zéro afin de pouvoir reprendre l’entraînement dans les meilleures conditions. Et c’est la raison pour laquelle il existe peu de contre-indication aux massages quotidiens – à éviter en cas de blessure – et que de nombreux sportifs ne peuvent plus s’en passer. C’est notamment le cas des cyclistes lors du Tour de France. Pour les sportifs dit réguliers, intégrer une séance par semaine s’avère convenable. Et, à défaut de pouvoir se déplacer chez le kinésithérapeute ou le masseur, un nombre grandissant de personnes usent d’outils d’auto-massage. Le foam roller – ce petit rouleau avec ou sans picots – en est un exemple. Des outils qui s’avèrent particulièrement intéressants s’ils sont utilisés en complément des séances classiques de kinésithérapie. Mais comme pour ces dernières, il est important de respecter quelques règles afin d’en tirer le maximum de profit. Le kinésithérapeute nous explique ainsi : “il est important de laisser une période de repos avant de se masser et d’être à froid. Vous avez alors le temps de rentrer chez vous, de prendre une douche et de manger quelque chose. Mais vous masser profondément avant l’effort va créer un effet de relâchement musculaire tellement intense que vous allez perdre en explosivité.”
 

Des effets non prouvés scientifiquement

Aucune étude scientifique ne prouve à ce jour que le massage permet effectivement la récupération. Toutefois, certains effets – comme l’amélioration de la circulation sanguine1 – sont prouvés sans que l’on comprenne vraiment les mécanismes exacts d’actions. “Le massage dans la récupération du sportif est quelque chose qui est acquis, tant chez le praticien que chez l’athlète. Et c’est une chose qui est tellement ancrée dans les esprits que, si on ne pose pas nos mains sur un sportif, celui-ci ne se sentira pas bien et aura des inquiétudes”, explique Vincent Jacquet. Dans tous les cas, la pratique sportive ne s’arrête pas à l’épreuve en elle-même. Avec ou sans massage, il est essentiel d’être à l’écoute de son corps et de lui offrir des périodes de récupération.   Merci à Vincent Jacquet, kinésithérapeute du sport au Pôle Kiné Chenel, à Franconville.
  1Massage therapy improves circulation, alleviates muscle soreness | 2014, University of Illinois at Chicago | https://www.sciencedaily.com/releases/2014/04/140416125434.htm
X