Cyclisme : apprendre à mesurer sa condition physique

L'influenceur Stimium Damien Rigondeau en vélo dans les rues de Paris

Connaître son état de forme permet de savoir si l’organisme est ou non disposé à encaisser des charges de travail importantes mais également de se rendre compte de l’impact des séances passées. Mais faute de matériel ou de temps, beaucoup de sportifs font l’impasse sur les tests d’effort pensant, à tort, que ces derniers sont difficiles d’accès.

Le test de Ruffier (ou Ruffier Dickson) en est le parfait exemple ; il fait partie des tests les plus faciles à réaliser et qui peut être fait par des cyclistes. Souvent utilisé par les médecins afin d’évaluer l’adaptation cardiaque à l’effort, il est également particulièrement apprécié par les entraîneurs sportifs dans le cadre de suivi de leurs athlètes. Le test de Ruffier-Dickson se différencie notamment par son accessibilité : peu importe votre niveau et que vous soyez ou non suivi par un coach, vous pouvez obtenir des résultats précis sur votre état de forme.

Test de Ruffier-Dickson : mode d’emploi

 

Ce test ne nécessite aucun matériel particulier et peut être réalisé n’importe où. Toutefois, pour obtenir des résultats précis, l’utilisation d’un cardio-fréquencemètre ou d’une montre connectée permettant de mesurer votre rythme cardiaque instantanément peut s’avèrer intéressant. Faites également bien attention à effectuer ces différents exercices à distance des repas.

Les différents exercices peuvent être réalisés de manière hebdomadaire – mais toujours dans les mêmes conditions. Cet état des lieux réguliers vous permettra de connaître avec précision votre condition du moment et d’agir en conséquence.

→ Protocole
1. Prenez votre pouls après être resté couché 5 minutes (P1)
2. Réalisez 30 flexions de jambes bras tendus devant vous durant 45 secondes. Immédiatement après la fin de cet exercice, prenez votre pouls. (P2)
3. Rallongez-vous immédiatement et prenez à nouveau votre pouls après être resté allongé 1 minute (P3)

→ Calcul
Indice de Ruffier = (P1 + P2 + P3 – 200) / 10
Indice de Ruffier-Dickson = ((P2-70) + 2(P3-P1))/10

→ Résultats

  • Indice de Ruffier
    Indice < 0 = très bonne adaptation à l’effort
    0 < indice < 5 = bonne adaptation à l’effort
    5 < indice < 10 = adaptation à l’effort moyenne
    10 < indice < 15 = adaptation à l’effort insuffisante
    15 < indice = mauvaise adaptation à l’effort. Besoin de réaliser des tests complémentaires chez un spécialiste.

 

  • Ruffier-Dickson
    Indice < 0 = excellent
    0 à 2 = très bon
    2 à 4 = bon
    4 à 6 = moyen
    6 à 8 = faible
    8 à 10 = très faible
    10 < indice = mauvaise adaptation à l’effort. Besoin de réaliser des tests complémentaires chez un spécialiste.

 

Sachez que si vous êtes de nature émotive, on conseille plutôt de vous fier à l’indice de Ruffier-Dickson car plus fiable. Effectivement, ce genre de personnes auront tendance à avoir une fréquence cardiaque de repos (P1) plutôt rapide ; l’indice de départ sera alors faussé et son score peu favorable.

Ce test permet de se rendre compte de deux aspects. Le premier étant qu’un sportif ayant un bon entraînement a généralement un rythme cardiaque au repos qui ralentit au fil des mois – un gage de qualité. En outre, les sportifs ayant une fréquence cardiaque plutôt basse sont plus habituellement avantagés et présentent une meilleure aptitude à l’effort.

Et si le test de Ruffier-Dickson est particulièrement précis, s’il est fait seul, il ne remplacera toutefois jamais une visite chez un spécialiste mais peut toutefois servir de bon indicateur.

Source : Dickson, J., (1950). Utilisation de l’indice cardiaque de Ruffier dans le contrôle médico-sportif, Med. Educ. Phys. Sport, 2, 65.

X